vendredi 14 juin 2024
Super User

Super User

Le 14 décembre 2018, dans une interview
 diffusée sur France 24, Henri Konan Bédié, président du PDCi-RDA, a dit que sa formation  politique, tendait la main à Soro Guillaume, président de l'hémicycle Ivoirien, s'il voulait bien les rejoindre.
 
Cette main tendue, s'inscrit  dans le cadre de la création d'une plateforme qui regrouperait tous les partis qui voudraient rejoindre le parti septuagénaire.   
 
Quelques jours seulement après cette main tendue, le président de l'Assemblée Nationale a répondu le lundi 17 décembre 1018, à l'appel du président Henri Konan Bédié en se rendant à Daoukro.
 
"Je suis là pour partager une vision commune de la Côte d'Ivoire avec le président Bédié" , a déclaré le président de l'Assemblée Nationale 
qui précise que c'est une visite de  gratitude et de reconnaissance à un homme d'Etat,  qui ,au delà de ses nombreuses occupations sait encore donner de l' amour et de l'affection à ses concitoyens''.
 
 Pour lui  le Président Bédié est un homme d'engagement  et de parole . C'est aussi un père qui l'a toujours  soutenu dans ces moments les plus difficiles. Toute chose qu'il ne saurait oublier. 
 
" il etait important de venir bénéficier de ses conseils , lui qui a une si longue experiences
 de la gestion des affaires de l'Etat et une connaissance inégalable de l'histoire de la Côte d 'Ivoire", a expliqué Soro Guillaume.
 
  Le présentant à son assistance , Henri Konan Bedié à déclaré que Soro Kigbafory Guillaume, est son fils. Lequel  fils est brave et courageux.Car n'ayant jamais été soldat ,il a été à la tête d'une armée et a gagné la guerre. 
Aujourd'hui il veut  faire la paix. Raison pour laquelle, 'il place toutes ses initiatives, sous le signe de la réconciliation par le dialogue, et la réconciliation par la pardon 
 
Générosa De Jésus

La reprise des élections Municipales dans la ville de Bingerville s’est déroulée dans une ambiance maussade.

 A quelques heures des résultats de ces scrutins, nous nous  sommes rendus sur les lieux afin d’en observer l’ambiance. Notre équipe a constaté la morosité dans laquelle le scrutin s’est passé.

Les agents des forces de l’ordre ont quadrillé toute la zone mais l’on s’interroge sur les raisons de l’abstention des populations.  Arrivé sur les lieux aux environs de 15h10 minutes, estimant avoir choisi le bon moment pour assister aux vas et viens des votants dont la plupart étaient à l’église dans la matinée, nous avons été interpellés par le silence qui planait dans les lieux de vote.

A l’entrée de cette ville historique, des éléments des forces de l’ordre sont postés dans tous les coins. A chaque carrefour, on pouvait voir des cargos de la police ou de la gendarmerie stationnés pour  s’assurer du bon déroulement du scrutin.

Pendant que  chaque habitant vaquait librement à ses occupations donnant l’impression que personne ne semblait vraiment s’intéresser au vote qui se déroulait dans la ville.

Après quelques temps passés à sillonner la ville, nous décidâmes  de visiter les centres de vote. Une fois sur place, au Lycée Mamie Fêtai de Bingerville, nous constatons un désert total ou presque dans chaque bureau de vote malgré la  mobilisation des forces de l’ordre. Outre, le petit retard  accusé par les éléments du Lycée Mamie Fêtai, tout s’est bien passé. 

Pour Yao Richard, représentant de la Commission électorale indépendante (CEI)  et président du bureau de vote 2, cette absence de la population s’explique peut être par la désapprobation de celle-ci aux différents ralliements avec les autres candidats. Une position qui a fort bien été approuvée par Haidara Tidjane, représentant du candidat Issouf Doumbia. 

Mambo Roland Aristide, représentant de Ahin Jean et  Laura Rudert, représentante de l’Ambassade américaine en Côte d’Ivoire, eux, en plus des premiers cités, n’ont visiblement déploré aucun incident majeur dans cette reprise des élections qui opposent, le député Issouf Doumbia  et Ahin Jean. 

« Nous sommes là pour veiller à ce que les élections se déroulent de façon transparente. Nous sommes tous fiers de la célébration de la démocratie », a déclaré Laura Rudert, qui s’est dit fière d’appuyer le gouvernement Ivoirien dans le processus démocratique.

Toute la population, dès demain, sera enfin qui est le nouveau maire de Bingerville.

Abou ZEID

 Monsieur le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, représentant Monsieur le Premier Ministre ;

- Mesdames et Messieurs les Ministres, chers collègues ;

- Mesdames et Messieurs les représentants des Institutions de la République ;

- Mesdames et Messieurs les membres du Corps Diplomatiques ;

- Mesdames et Messieurs les Partenaires au Développement ;

- Monsieur le Représentant du Coordonnateur du Système des Nations-Unies ;

- Madame la Représentante Résidente de l’UNFPA ;

- Messieurs les Directeurs Généraux, Centraux et Chefs de service ;

- Messieurs les Chefs traditionnels et guides religieux ;

- Chers amis de la presse ;

- Mesdames et Messieurs ;

- Tous en vos rangs, grades et qualités respectifs

C’est pour moi un réel plaisir de prendre la parole ce matin à l’occasion de la cérémonie de lancement officiel des activités du Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH) 2019.

Je voudrais, avant tout propos, demander au Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, représentant Monsieur le Premier Ministre, Ministre du Budget et du Portefeuille de l’Etat, de bien vouloir adresser mes sincères remerciements à son Excellence Monsieur le Premier Ministre, qui a inscrit le RGPH 2019 au titre des priorités du Gouvernement, permettant ainsi la tenue de la présente cérémonie.

Je voudrais également remercier mes collègues, qui ont fait le déplacement en grand nombre montrant ainsi toute l’importance que le Gouvernement accorde au RGPH 2019.

Enfin, je voudrais traduire mes sincères remerciements au corps diplomatique, aux partenaires au développement et à l’ensemble de nos illustres invités pour l’intérêt qu’ils accordent à cette cérémonie.

Honorables invités,

Mesdames et Messieurs,

16 ans après le Recensement Général de la Population et de l’Habitat de 1998, la Côte d’Ivoire a décidé de réaliser son quatrième RGPH en 2014. L’objectif était de disposer d’une base d’informations fiables pour orienter les importantes réformes économiques et sociales et les ambitieux investissements qui soutendaient le programme économique et social du Président Alassane Ouattara tel que décliné dans les Plans Nationaux de Développement successifs. Ces informations devraient également nous permettre d’élaborer des indicateurs pertinents de suivi-évaluation de l’activité gouvernementale ainsi que des engagements internationaux.

Malheureusement, des contraintes d’ordre financier, technique et politique n’ont pas permis d’obtenir les résultats escomptés. Ainsi, l’évaluation des résultats du RGPH 2014 effectuée par l’UNFPA à la demande du Gouvernement, a recommandé la reprise du processus.

C’est dans ce contexte que le décret 2018-656 du 1er août 2018 a institué le cinquième Recensement Général de la Population et de l’Habitat de Côte d’Ivoire, cinq ans après celui de 2014.

Honorables invités,

Mesdames et Messieurs,

Ce recensement consistera à recueillir des données démographiques, sociales et économiques sur toute la population vivant sur le territoire national qu’elle soit ivoirienne ou étrangère.

Les résultats du recensement nous permettront d’avoir une meilleure connaissance de la répartition et de la structure de la population. Ils permettront également de renseigner sur l’habitat, les infrastructures et les équipements publics.

Le RGPH fournira donc un véritable vivier d’informations permettant de mieux orienter les politiques économiques et sociales, et aussi d’en assurer le suivi-évaluation.

C’est pourquoi, je voudrais saluer tout l’appui du Système des Nations Unies notamment l’UNFPA qui s’est engagé à soutenir le RGPH sur les trois années que devrait durer l’opération. L’objectif recherché c’est d’en garantir le succès.

A cet égard, permettez-moi d’adresser mes sincères remerciements et ma gratitude à Mr Babacar Cissé, coordonnateur du Système des Nations Unies en Côte d’Ivoire, et à Mme Argentina Matavel, Représentante Résidente de l’UNFPA, pour leur implication personnelle en vue du succès du RGPH 2019

Honorables invités,

Mesdames et Messieurs,

Je voudrais, à ce stade de mon propos, situer le RGPH dans le contexte des importantes opérations à caractère statistique que la Côte d’Ivoire mène actuellement notamment le Registre National des Personnes Physiques (RNPP), l’enquête sur le niveau de vie des ménages, l’adressage des rues, etc.

Le RGPH 2019 va fournir des informations socio-démographiques qui pourraient être utilisées pour améliorer le processus de réalisation de toutes les opérations en cours. En outre, le RGPH fournira des indications précieuses au processus d’identification et d’adressage des rues. Enfin, il mettra à disposition une base de sondage pour les enquêtes intercensitaires.

Enfin, le RGPH 2019 contribuera à la mise à niveau de notre Système Statistique National, dont le Gouvernement a adopté le Stratégie de Réforme lors du dernier Conseil des Ministres

Honorables invités,

Mesdames et Messieurs

Le Coût du RGPH 2019 est de 19,6 milliards de FCFA pour lequel l’Etat de Côte d’Ivoire a déjà décaissé 3 milliards pour les travaux préparatoires.

Il s’agit donc d’une opération d’envergure.
Il s’agit également d’une opération importante.

C’est pourquoi je voudrais en appeler à l’adhésion et à la mobilisation de tous.

Je voudrais solliciter les décideurs politiques, administratifs, religieux, coutumiers, membres de la société civile et du secteur privé pour porter avec nous l’appel à l’adhésion et à la mobilisation de la population à se faire recenser.

Car nous sommes tous concernes.

Et je voudrais que, lorsque les opérations de dénombrement commenceront que chaque habitant de ce pays se dise je suis concerné, je participe.

Je vous remercie de votre aimable attention.


Mme Nialé Kaba,
Ministre du Plan et du développement

Après cinq (5) jours d’arrêt de travail observés par les enseignants de l’Enseignement préscolaire et primaire de Côte d’Ivoire, les élèves ont repris le chemin de l’école ce jour Le mot d’ordre de grève a été levé le   vendredi   14   décembre   2018,   par   M.   Bli   Blé   David,   Secrétaire générale de l’Intersyndicale de l’Enseignement préscolaire et Primaire de Côte d’Ivoire (ISEPPCI), lors d’un point de presse qu’il a animé à Abidjan-Cocody  M. Bli Blé a fait savoir qu’aucune de leurs revendications n’a été satisfaite après  cet arrêt de travail qui a démarré le lundi 10 décembre pour prendre fin le vendredi 14 décembre 2018. Et qui a été suivi à98% par les enseignants.

Par   ailleurs,   il   a   dénoncé   le   fait   qu’à   ce   jour,   les   autorités   de l’Education nationale n’aient fait aucun bilan d’évaluation des cours de   mercredi,   réforme qui  devrait être expérimentée   pendant   un   an suivi d’un bilan d’évaluation« Ces   cours   de   mercredi   doivent   être   supprimés »,   a-t-il   affirmé précisant qu’ils n’apportent pas grand-chose aux élèves Aussi a-t-il félicité les enseignants craie en main, tous les encadreurs de   l’administration   scolaire   pour   leur   mobilisation   tout   en   leur demandant de garder le cap pour les luttes à venir.

Rose K

Dans le cadre de la lutte contre la fraude fiscale, la Direction générale des Impôts dirigée par M. Ouattara Sié Abou,  a créé  la Direction des Enquêtes, du Renseignement et de l'Analyse-risque (DERAR). C’est cette direction qui a saisi des marchandises (Pneus, carreaux …) estimées à plusieurs milliards de F Cfa. Cette saisie s’inscrit dans le cadre des missions d’investigation et d’enquête effectuées par les  équipes de la DERAR dans certains locaux professionnels du district d’Abidjan notamment Treichville, Adjamé, Marcory, Cocody et Yopougon. Les villes de l’intérieur à savoir San-Pedro, Soubré, Abengourou, Bouaké, Daloa, Toumodi et Yamoussoukro n’ont pas été épargnées par cette mission. Il s’est agi à travers ces missions, de  rechercher et de détecter par les renseignements et les recoupements, les déclarations irrégulières, les exportations frauduleuses, les ventes illicites qui pourraient constituer des velléités de fraudes. Ces missions ont révélé que la fraude sous toutes ces formes semble une réalité et « a atteint des proportions inquiétantes et touche tous les secteurs d’activités ».

Aussi a-t-elle mis en exergue, la location des numéros de compte contribuable (N°CC). « Certains opérateurs s’adonnent à la location de leur N°CC. A ce niveau, les faits sont ahurissants », révèle une note de la DGI dont connue nous est parvenue récemment. Notons que la Direction des Enquêtes, du Renseignement et de l'Analyse-risque (DERAR) a été créée par l’administration fiscale dans le cadre de l’amélioration des techniques de contrôle et d’investigation. Et l’analyse-risque permet la programmation et la conduite des contrôles fiscaux et place la recherche de renseignement au nombre des stratégies pour lutter efficacement contre la fraude et élargir l’assiette fiscale.

 

Rose K

Le  projet de loi  voté à l’unanimité

Vingt cinq (25) députés présents à l’hémicycle, sur  les 42 membres, de la commission des affaires sociales et culturelles ont voté à l’unanimité, le vendredi 14 décembre 2018, le projet de loi portant ratification de l’ordonnance n°2017-821 du 14 décembre 2017 fixant les règles relatives à l’engagement des Médecins militaires à la retraite, dans la Fonction Publique et dans les Etablissements publics nationaux.

 L’adoption de ce projet de loi offre désormais la possibilité aux médecins militaires admis à faire valoir leurs droits à la retraite à l’âge de 57 ans, qui le souhaitent, de continuer à exercer leur métier dans l’administration publique, vu les besoins en personnels de santé compétents et expérimentés.

Toutefois, la radiation pour cause de retraite ayant un effet irrévocable, le recrutement des médecins militaires qui le désirent se fera par voie contractuelle

Le vote du projet de loi a été précédé de  l’exposé des motifs fait par le ministre de la Fonction Publique, le général Issa Coulibaly,  devant les groupes parlementaires Pdci-Rda, Rdr, Udpci et Vox Populi, conformément aux dispositions de l’article 106 de la Constitution, qui stipule que le projet de loi doit être déposé devant l’Assemblée Nationale avant la fin de la session parlementaire.

Le ministre de la Fonction Publique, a rappelé  que l’ordonnance n°2017-821 du 14 décembre 2017 fixant les règles relatives à l’engagement des Médecins militaires à la retraite dans la Fonction Publique et dans les Etablissements publics nationaux, a été adoptée par le Conseil des ministres du  14 décembre 2017 et signé par le chef de l’Etat, Alassane Ouattara.

L’Assemblée Nationale a autorisé, par la loi n°2016-1116 du 08 décembre 2016 portant budget de l’Etat pour l’année 2017, le président de la république à prendre par ordonnance, pendant la gestion 2017, pour l’exécution de son programme en matière économique et financière, des mesures relevant du domaine de la loi.

Rose K

La 6ème Biennale internationale des arts naïfs d’Abidjan, se tient du13 au 29 décembre 2018, avec pour thème : ‘’Arts naïfs et mutations urbaines’’. Mais à l’occasion de la cérémonie officielle d’ouverture qui s’est tenue, vendredi 14 décembre, à l’Institut  Français du Plateau, les organisateurs ont tourné leur regard vers les autorités Ivoiriennes. 

«  Quand vous allez visiter nos tableaux, vous allez vous rendre compte que nous avons déjà construit Abidjan avec le métro et tout ce que vous pouvez imaginez. Nous voulons ainsi dire aux décideurs de tenir compte de l’avis des artistes, ceux qui voient ce que tout le monde ne voit pas », a déclaré, Augustin Kassi, Directeur de ladite biennale.

Pour lui, cet événement qui met en scène les changements sociaux de toutes les villes, villages et campements de l’Afrique, doit intéresser les autorités, dans leur prise de décision dans la vie des populations mais également pour mieux penser le futur des nations africaines.


Une cinquantaine d’œuvres dénonçant les vécus de la vie quotidienne, a été exposée au plaisir de tous les amateurs d’arts. Un événement qui, pour sa 6ème édition a décidé de sillonner presque toutes les villes du pays, avec des expositions, formations, conférences et autres activités pour le bonheur des populations de l’intérieur du pays.  Anoter également que plusieurs artistes venus des pays de la sous-région, ont effectué le déplacement pour la circonstance. N’Gateu, le porte-parole de ces artistes plasticiens s’est, au nom de ses pairs, réjoui d’une telle initiative qui, à l’en croire va promouvoir davantage, la culture africaine.


Abou ZEID

Suite à libération présumée de Laurent Gbagbo, détenu à la Cour pénale internationale (CPI) avec son ministre, Charles Blé Goudé, qui a suscité la joie dans les coeurs des partisans du Front populaire ivoirien, nombreux sont les Ivoiriens qui retiennent encore leur souffle. 
 
Car, si  les avocats de la défense attendent toujours le verdict  final de la CPI, les Ivoiriens n'ont pas caché leur joie de savoir qu'une possible libération du fondateur du FPI n'est plus qu'une question d'heure. 
 
Le vendredi 14 décembre 2018, alors qu'une rumeur provenant des alentours de l'ex-première dame de Côte d'Ivoire, selon les informations livrées par RFI, les rues de la capitale économique ont été très vite prises d'assaut. On pouvait voir et   entendre ici et là, danses et cris de libération dans toutes les rues de plusieurs  communes de la Ville. 
 
Mais la commune de Yopougon, considérée comme le fief du Front populaire ivoirien, s'est tout de même démarquée par  l'ambiance qui y a régnée. 
 Même si cette nouvelle a très vite été rattrapée par la vérité selon laquelle, du côté de la Haye-Pays-Bas, les juges ne se sont pas encore accordés sur les conditions dans lesquelles la libération provisoire va être prononcée.
 
  Tous les regards des partisans et sympathisants de l'ancien président Ivoirien sont alors tournés vers la CPI pour le verdict qui délivrerait à coup sûr beaucoup de ses militants. Et parmi eux, en premier, Simone Ehivet Gbagbo qui, après avoir fêté cette nouvelle de libération de son époux en compagnie des cadres du Front populaire ivoirien, n'a pas manqué de nourrir des mots d'espoir sur cette libération tant attendue par des Ivoiriens. : « Dieu a ouvert la porte et cette porte, elle ne se  refermera pas. Et par cette porte-là, Laurent Gbagbo lui-même sortira.  Voyez-vous aujourdhui, on en est là », a déclaré Simone Gbagbo, vendredi 14 décembre, face à une centaine de militants, à son domicile à Cocody. Après avoir appelé ses militants à la modération, l'ex-première dame s'est dite confiante pour la suite des événements . Laurent Gbagbo est accusé de crimes contre l'Humanité commis ml l' lors des violences postélectorales entre 2010 et 2011.
 
Abou ZEID 

JPDCI-Rurale a été agressé, samedi 15 décembre 2018, à divo, par les partisans du rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP).

Venu apporter son soutien à Babli Dominique, candidat de son parti, Yao Innocent, accompagné de ses collaborateurs, s'est vu devenir la cible d'une foule surexcitée dans une rue de la ville.

Amedé Kouakou, ministre du gouvernement sortant, a déclaré: Amedé Kouakou, RHD.

Les sympathisants du ministre Amedé Kouakou auraient-ils encore en mémoire ce faux coup que le président du JPDCI-Rurale avait infligé à leur candidat? Nombreux sont ceux qui se souviennent de ce que, Yao Innocent avait diffusé le contenu d'un entretien qu'il avait avec le ministre de l'équipement et du véhicule routier, Amedé Kouakou. Un entretien téléphonique dans lequel, M. Kouakou, après son adhésion au groupement politique pilote par le président Alassane Ouattara, a également été pris au président du parti septuagénaire de la Côte d'Ivoire, Henri Konan Bédié, en lui reprochant le refus de son retour du RHDP .

"Lheure de se peser est arrivée". Cette fameuse affaire aurait-elle un lien avec l'agression de Yao Innocent?

Dans tous les cas, le président de la JPDCI-Rurale a déposé un message aux services de police de police afin que la lumière soit faite sur cette affaire.

Depuis le divorce entre RHDP, Alassane Ouattara et le PDCI d’Henri Konan Bédié, les Ivoiriens n’ont pas cessé d’être assassinés entre les deux camps. Un spectacle qui s'est laissé faire, les élections municipales et régionales du 13 octobre 2018.

Résultat, la Cour suprême a été annotée dans plusieurs pays du monde, Divo, la région du Guémon, Bingerville, Port-Bouet, Lakota, Grand-Bassam.

Même si la deuxième tournée de ces élections n'a pas été annoncée pour la première fois, il s'est terminé sur une bonne note pour encore plus de victimes.

Abou ZEID

News Letter

Abonnez-vous à notre newsletter pour obtenir l'actualité à tout moment.

logo-echodabidjan.com