samedi 12 juin 2021
Super User

Super User

Bolloré Ports, opérateur de référence de terminaux portuaires en Afrique, en Asie et en Amériques a lancé, ce lundi 07 juin 2021, dans la capitale économique ivoirienne, Abidjan son processus de labellisation « Green Terminal ».

Selon Olivier de Noray, Directeur général Ports et Terminaux de Bolloré Ports, Le label Green Terminal de Bolloré Ports repose sur huit piliers fondamentaux.

« le pilotage optimisé grâce à un système de management environnemental basé sur la Norme ISO 14 001 ; l’engagement éco-sociétal auprès des parties prenantes locales ; la construction d’infrastructures conformes aux standards internationaux ; le déploiement des solutions et équipements de manutention respectueux de l’environnement et favorisant la transition énergétique ; la mise en œuvre de solutions digitales ; la collecte, la valorisation et recyclage des déchets ; le traitement et le contrôle les eaux et de l’air ; et la formation des collaborateurs aux bonnes pratiques liées aux enjeux environnementaux »,a indiqué M. Olivier de Noray.

Le Directeur général Ports et Terminaux de Bolloré Ports a également ajouté que le label Green Terminal permet de proposer aux partenaires publics et aux usagers des terminaux des solutions logistiques à la fois performantes et éco-responsables.

L’objectif dit-il est d’accélérer « nos investissements dans des solutions alternatives, plus vertes et plus intelligentes ».

Le Directeur général Afrique, France et services aux gouvernements Bureau Veritas, Jacques Pommeraud  a salué cette démarche pertinente et ambitieuse qui démontre la volonté de l’entreprise de s’engager pour l’environnement et qui s’inscrit parfaitement dans l’ADN de Bureau Veritas en matière de progrès responsable

Cette démarche, une première dans le domaine portuaire, a été validée par Bureau Veritas, l’un des principaux leaders mondiaux des essais, de l’inspection et de la certification.

« À compter de cette année, les experts de Bureau Veritas accompagneront Bolloré Ports dans le déploiement du label et seront chargés de réaliser chaque année des audits pour évaluer la performance environnementale de ses terminaux portuaires en vue de leur remettre une attestation de conformité », a-t-il rassuré.

Bolloré Ports met en place diverses solutions logistiques, digitales et multimodales visant à réduire la congestion urbaine, fluidifier le transport de marchandises et réduire l’impact de ses activités sur l’environnement.

 

DBK

En marge des 37e  et 38e sessions jumelées du Conseil des ministres du Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur (CAMES), le Prof. Bakayoko Ly-Ramata  a été élevée au plus haut grade.

Du lundi 31 mai à vendredi  04 juin 2021, Abidjan a reçu un parterre du monde intellectuel africain à travers l’organisation des 37e et 38e sessions du CAMES. La cérémonie de clôture des travaux marquant lesdites sessions, en présence du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, le Prof. Adama Diawara, a été l’occasion d’honorer  des sommités dont le Prof. Bakayoko-Ly Ramata qui a reçu la médaille de commandeur.

Encore, serait-on tenté de dire ! En effet, et pour ne retenir que les plus prestigieuses, la médaille de commandeur reçue par le Prof. Bakayoko-Ly Ramata des mains du Conseil de l’Ordre international des palmes académiques (OIPA), vient disputer, sur sa toge verte, l’espace avec d’autres certifications renommées. Citons les médailles de commandeur dans les ordres du mérite de l’Education nationale (2006), de la Fonction publique (2016), de la Santé publique (2019), et de la Culture (2020) de Côte d’Ivoire ; et celles d’officier dans les ordres des Palmes Académiques du Gabon (2014) et du Togo (2014). Pour la présente distinction, c’est sur une proposition, « à titre exceptionnel », du Secrétaire général du CAMES, que la Prof. Bakayoko-Ly Ramata a été nominée, en guise de reconnaissance et de remerciements pour une intellectuelle de haut vol, qui a participé fidèlement à asseoir la renommée du CAMES. La récipiendaire fut présidente du jury de 2004 à 2016, de la section Odonto-stomatologie du Concours d’agrégation de Médecine humaine, Pharmacie, Odonto-Stomatologie, Médecine vétérinaire et Productions animales du CAMES ; de 2013 à 2017, elle a été membre de l’Ordre International des Palmes Académiques du CAMES et membre du Conseil d’orientation stratégique dans le cadre du Fonds d’impact panafricain dédié à l’éducation en 2019. Le Prof. Bakayoko-Ly, en sa qualité de Présidente de la Conférence des Recteurs des Universités Francophones d’Afrique et de l’Océan Indien   (CRUFAOCI) en 2015, a participé à la mise en place des critères d’évaluation des établissements d’enseignement supérieur (Universités, Instituts et Centres de Recherche, Ecoles Doctorales, etc.) et de l’évaluation des formations et des projets de recherche. Le 4 décembre 2019, à Cotonou,  le CAMES qui vient d’élever l’académicienne au grade de commandeur, l’avait choisie, à l’unanimité, comme marraine du Premier Prix des communications orales du Programme thématique de recherche (PTR)- Santé du CAMES pour saluer « l’engagement d’une intellectuelle accomplie et d’une universitaire respectée par ses pairs ». Ce prix fut dénommé : « Prix Professeur Bakayoko-Ly Ramata de la meilleure communication orale courte du PTR-Santé ».

Membre associé de l'Académie nationale de chirurgie dentaire de France, outre ses actions pour un CAMES plus performant, en 2016, les Immortels de l’Académie des Sciences d’Outre-Mer, à Paris, l’élisent pour un siège de membre-correspondant et elle rejoint ainsi dans l’auguste assemblée, le Président Alassane Ouattara. Le 23 octobre 2018, à Naïrobi, elle est lauréate du prix du Forum régional des universités pour le renforcement des capacités en agriculture (RUFORUM-acronyme en anglais), pour sa « contribution exceptionnelle à l'enseignement supérieur en Afrique » selon le Conseil d'administration du Forum regroupant 105 universités de 37 pays africains.

La même année, le 13 décembre, l’université de Franche-Comté, à Besançon,  lui remet les insignes de Docteur Honoris Causa et fait ainsi d’elle le second Africain après le Président Abdou Diouf à recevoir cette dignité.

Recevant son prix le vendredi dernier, l’intellectuelle accomplie et  universitaire respectée par ses pairs, a souhaité que sa médaille  de commandeur  soit une source d’inspiration et de motivation pour la jeunesse africaine pour  toujours œuvrer pour le rayonnement du continent. Puis a ajouté « «. Je voudrais saluer le leadership du Président de la République, SEM Alassane Ouattara,  dont la vision et les actions mises en œuvre par le Gouvernement ont créé un cadre propice pour que nous puissions contribuer, non seulement au développement de science et de l’éducation, au niveau national mais également au niveau régional dans l’espace CAMES. Au Conseil des ministres du CAMES et à son Secrétaire Général, le prof. Bertrand Mbatchi j’exprime ma gratitude pour cette autre distinction qui m’honore et  honore la communauté scientifique nationale dont je fais partie Je voudrais saluer la contribution inestimable du CAMES au développement de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique en  Afrique et particulièrement en Côte d’Ivoire ».

On pourrait dire que le Professeur Bakayoko-Ly Ramata qui a été distinguée par le plus haut grade, celui de commandeur, par le CAMES, est récompensée pour l'ensemble de son œuvre au profit de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique sur le continent. Les valeurs  de probité et d’excellence qu’elle porte, contribueront certainement à asseoir la notoriété et le prestige des décorations du CAMES.

Mathias Kouassi,  directeur général adjoint de la Compagnie ivoirienne d'électricité (CIE) a dévoilé  le lundi  10 mai 202, les principes du "rationnement" et le début du programme des coupures d'électricité à travers le pays, confronté à un déficit d'énergie électrique.

Mathias Kouassi a expliqué que c’est dans le but de minimiser les désagréments subis par les populations, qu’il a été demandé à la compagnie d’organiser ce programme des le lundi 10 mai 2021.

Deux plages horaires ont été retenues dans le cadre du rationnement pour la semaine du 10 au 15 mai, allant de "6 heures à 12 heures ou 12 heures à 18 heures", selon  M. Kouassi.   

"Que vous soyez à l’intérieur ou Abidjan, si la fourniture d’électricité est interrompue dans votre quartier de 6 heures à 12h, alors de 12h à 18h vous aurez de l’électricité et c’est dans un autre quartier que la fourniture sera interrompue", a-t-il expliqué et d’ajouter que "chaque semaine, les tranches horaires seront alternées par zone, ce qui veut dire que si dans la première semaine, votre quartier est rationné de 6h à 12h, la semaine qui suit, vous constaterez chez vous que le rationnement de l’électricité se produit de 12h à 18 heures", a-t-il ajouté. 

Aux dires de M. kouassi ,"les dimanches sont exclus de ce plan de rationnement" dans la mesure ou  le niveau de consommation global est  généralement faible le dimanche du fait que l’administration et les activités économiques sont majoritairement à l’arrêt.

Pour faciliter l’accès à l’information sur le programme de rationnement, un site web spécial a été conçu.

Pour rappel, la Côte d'Ivoire fait actuellement face à un déficit d'électricité de plus de 200 Mgw dû à une insuffisance d'eau dans les barrages hydroélectriques du pays, en raison de la sécheresse et à des pannes sur des ouvrages.

Sally Konaté

 

 

Le Directeur central des ressources humaines du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (MESRS), Diakité Djimbala, a été élu, Président du Conseil des Gestionnaires des Ressources Humaines (CONSEGRH). Et ceux pour une meilleure cohésion et une plus grande solidarité entre les gestionnaires.

C’était à l’occasion de l’atelier du 29 et 30 avril 2021, à l’ENSEA, Abidjan portant sur le point de l’utilisation  du Système de Gestion des Ressources  humaines (SYGRH). 

A l’ouverture des travaux, Adama Diawara, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique s'est exprimé en ces termes. «Le projet du président de la République Alassane Ouattara de faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent ne peut aboutir si le pays ne dispose pas de ressources humaines de qualité (…). L’atelier vient opportunément faire le point. Les résultats des travaux contribueront à améliorer la gestion des ressources humaines dans tout le ministère», a indiqué le Ministre de tutelle.

Pour Diakité Djimbala, Directeur des ressources humaines du MESRS, chaque structure avait sa méthode de gestion. L’atelier permettra de mettre tous les acteurs au même niveau d’information et d’harmoniser les procédures.

« Lorsque tous les modules seront implémentés, le système doit permettre  d’établir un fichier fiable du personnel, identifier les activités académiques et de recherche des enseignants-chercheurs, de dresser un répertoire  des emplois et compétences pour la confection d’un compendium des emplois et compétences, de maîtriser les mouvements de personnel et de déterminer les besoins réels présents et futurs en RH », a expliqué M. Djimbala.

Cet outil moderne indique-t-il va permettre  au premier responsable du ministère  et aux responsables des structures d’obtenir d’un seul clic où qu’ils soient toutes les informations relatives aux RH en général ou concernant un agent en particulier.

Les points qui ont été abordés sont entre autres, les départs à la retraite et les départs en formation hors de la Côte d’Ivoire.

CT

La médaillée Olympique de Taekwondo Marlene Harnois et le mannequin Saadia Ibrahim Mohamed sont allées ce  samedi 27 mars 2021, à Abidjan la rencontre de la jeunesse afin de promouvoir l’éducation et soutenir la bibliothèque sociale.

Portée par l’envie de promouvoir l’éducation, la culture et les valeurs du sport, auprès des générations futures, les Ambassadrices de la Fondation Heart Angel ont animés des ateliers de lecture, un panel placé sous le thème « Lire pour réussir, la plus belle passerelle pour atteindre la connaissance est la lecture» et partagées les valeurs de l’Olympisme qui reposent sur la solidarité, le respect et l’excellence.

Au cours de l’échange, la Championne du Monde universitaire et titulaire d’un MBA de l’Université Internationale de Monaco, Marlene Harnois a rappelé que les études et le sport doivent obligatoirement être complémentaires.

«J’ai eu la chance de réaliser tous mes rêves alors je souhaite désormais rendre cette possibilité accessible à la jeunesse. Les arts martiaux sont fondés sur des valeurs positives, il est important de transmette cet état d’esprit et en tant que Championne ma plus belle victoire est de m’engager pour la jeunesse ».

Par sa part, Sadia Ibrahim, personnalité de la mode et juge de l’émission « Fashonistas » sur LifeTV a insisté sur l’importance d’inciter la jeunesse à la lecture et aux études.

Avant d’ajouter que « c’est avec un grand plaisir que je m’engage sur cette action et je tiens également à souligner le travail des bénévoles qui s’impliquent quotidiennement pour notre jeunesse», s’est-elle réjouie.

Par la suite, Saadia Ibrahim a exprimé son soutien envers les leaders communautaires qui œuvrent bénévolement au développement de la jeunesse. «  C’est d’abord  grâce aux éducateurs sportifs locaux que des Champions émergent et les bibliothèques sociales contribuent à l’excellence académique alors je tiens à rendre hommage à tous les acteurs bénévoles qui sont un soutien fondamental au développement de notre jeunesse et à son émergence ».

Au terme de la rencontre, elles ont réitéré leur soutien et leur accompagnement à la bibliothèque sociale afin réduire la fracture numérique.

La Championne de la Paix pour l’Organisation Internationale Peace and Sport aux côtés Didier Drogba, Marlene Harnois a invité les participants à lever un carton blanc, en soutien au mouvement de la Paix par le Sport et lancer la campagne #WhiteCard qui sera célébrée le 6 avril prochain, lors de la Journée Internationale du Sport au service du développement et de la Paix.

Fondé en 2003, par Sidney Karams, le Romandroom dispose de près de 6000 ouvrages et fonctionne sans subventions publiques, avec l’aide de bénévoles, dans l’espoir de rendre la lecture accessible à ses 2500 abonnées.

L’Organisation Non Gouvernemental (ONG), Main d’Afrique, a procédé ce samedi 27 mars 2021, à la Paroisse Saint Philippe d’Abobo Sagbé, Abidjan, à la remise de vivres et non vivres à 200 familles.

Dans son adresse, la présidente Fondatrice de l’ONG Main d’Afrique, Koita née Kaboré Assétou a indiqué que l’action de ce jour s’inscrit dans le cadre des activités annuelles de son organisation.

La présidente fondatrice c’est par la suite exprimé en ces termes. « Chaque période de carême chrétien et musulman, nous essayons de venir en aide aux personnes démunies, en particulier les femmes afin de les aider à être autonome et les enfants. En effet, nous octroyons des prêts aux femmes pour les aider dans leur activité d’AGR (Activité génératrice de revenus). En ce qui concerne les enfants, nous intervenons sur deux plans, en début d’année à travers la distribution de kit scolaire du CP1 au CM2, et à la fin d’année lors de la fête de noël », a déclaré Mme Koita.

Tout en exprimant sa gratitude pour ce geste de grande portée sociale, Cédric Mapouata, Père Jésuite, Curé de la Paroisse Saint Philippe d’Abobo Sagbé, a prié pour que Dieu accompagne et multiplie les actions  de ces bienfaiteurs.  

Ce don est composé  201 sacs de riz de 15 kg, 200 sachets de pâtes alimentaires, 200 bidons d’huile de 3 litres, 400 sachets de sel, des vêtements et des chaussures (hommes, dames et enfants).

Crée le 26 novembre 2016, Main d’Afrique est une ONG qui a pour objectif principal lutter contre la pauvreté, par des actions de proximité en faveur des populations les plus défavorisées notamment les femmes et les enfants.

CT

A l’occasion du décès du premier Ministre, Ministre de la défense, Hamed Bakayoko, je voudrais adresser à son épouse, à ses enfants, à la Grande famille BAKAYOKO et à tous ses proches, mes condoléances les plus attristées et émues pour cette perte cruelle qui frappe et endeuille toute la Côte d’Ivoire.

Je voudrais saluer la mémoire de ce grand serviteur de l’Etat, à la personnalité  attachante et à l’enthousiasme contagieux.

 

 DUNCAN Kablan Daniel

L’Union des journalistes de la presse libre africaine ( U.J.P.L.A) vient d’apprendre la triste nouvelle du décès ce jour en Allemagne du premier ministre ivoirien Hamed Bakayoko, 56 ans. Le chef du gouvernement ivoirien et ministre de la Défense était d’abord et avant tout un confrère car journaliste de métier.

L’ujpla présente ses condoléances émues à la famille biologique et professionnelle de l’illustre défunt, au gouvernement et au peuple ivoirien tout entier pour cette immense perte.

Que notre confrère et premier ministre repose en paix .

Abidjan, le 10 mars 2021

Le président de l’ujpla

Yao Noël

Mahamadou SYLLA, Directeur financier de l’Université Alassane Ouattara de Bouaké, la deuxième grande université du pays, a été primé samedi 16 Janvier 2021, à Abidjan meilleur Directeur des affaires financier des Universités et Grandes écoles publiques de Côte d’Ivoire, au cours d’une cérémonie.

Cette distinction de l’ONG AFRIQUE VÉRITÉ qui récompense chaque année les acteurs qui se sont illustrés dans la bonne gouvernance, était à sa 11e édition. Pour le récipiendaire, cette distinction est à mettre au crédit de la bonne gestion économique et financier de ce campus situé au centre de la Côte d’Ivoire.

”L’université Alassane Ouattara compte parmi les meilleurs universités Francophones à cause de la gestion transparente de son budget et une maitrise de sa masse salariale et des ressources humaines”, a-t-il affirmé.

”Depuis notre prise de fonction, d’abord en tant que intérimaire en 2014 et confirmé en 2016, nous avons fait de la mobilisation des ressources propres notre cheval de bataille. De 430 millions en 2014, les ressources propres de l’UAO sont passées en 2020 à 850 millions”, a précisé le Da

Pour Maamadou SYLLA, cette bonne ”gestion efficace et efficiente du budget de l'institution”, a permis d’enregistrer ”aucun passif.

A en croire le Daf, cette performance ”vaut aujourd'hui a l'université d'obtenir 100% aux différents concours du CAMES. Egalement un soutien aux étudiants dans les différentes olympiades qu'ils remportent avec brio”.

 

”Nous avons également grâce au management du Président de l'institution le Pr Poamé Lazare, améliorer les conditions de travail des enseignants et du personnel. L'équipement des bureaux en matériels et la rénovation des amphis et des salles de TD”, a-t-il ajouté.

Le Président de l’Union pour la Démocratie et la Paix en Côte d’Ivoire (UDPCI), Albert Mabri Toikeusse, a fait sa réapparition sur la scène politique ivoirienne ce dimanche 10 janvier. Ce retour intervient après deux mois de cavale, au lendemain de la présidentielle du 31 octobre dernier.

« J’étais en Côte d’Ivoire. J’étais partout et nulle part. Ce qui est sûr, j’étais loin de la maison », a confié le Président de l’Union pour la Démocratie et la Paix en Côte d’Ivoire (UDPCI), Albert Mabri Toikeusse. Il a tenu ces propos en présence de la presse, tout de blanc vêtu, dans les locaux du Président Henri Konan Bédié.

A près de deux mois des législatives du 06 mars, le leader de l’UDPCI était venu rendre visite au Président du PDCI, pour traduire l’adhésion de l’UDPCI aux décisions en vigueur, la participation aux législatives en rang serré. M. Mabri Toikeusse a salué la libération du Président légal du FPI, Pascal Affi N’guessan, dans la mesure où cela aide à bâtir et consolider la cohésion sociale.  

Toikeusse Mabri était en cavale depuis deux mois, au lendemain de la présidentielle du 31 octobre dernier. Cette évasion est la conséquence d’une vague d’arrestations orchestrée par le pouvoir contre les membres de l’opposition. Ceux-ci étant accusés d’actes d’insurrection, de terrorisme, pour avoir créé un Conseil National de Transition, en contestation à l’élection du Président Alassane Ouattara à un troisième mandat.

                 AR

Page 1 sur 90

News Letter

Abonnez-vous à notre newsletter pour obtenir l'actualité à tout moment.

logo-echodabidjan.com