lundi 18 novembre 2019
Super User

Super User

Une enquête menée par le Réseau Ivoirien pour la Défense des Droits de l’enfant et de la Femme (RIDDEF) en 2014, a révélé qu'en plus des violences subies par ces employées, 95% des travailleurs domestiques ne disposent pas de contrat de travail, d’enregistrement à la CNPS, ni d'assurance.

C’est fort de tous ces constats que la fondation Allemande Friedrich Ebert Stiftung (FES) et le Réseau Ivoirien pour la Défense des Droits de l’Enfant et de la Femme (RIDDEF), ont organisée une soirée politique dans l’objectif de mobiliser les participants autour d'une meilleure connaissance  de la situation des travailleuses et des travailleurs domestiques en matière de protection sociale en Côte d’Ivoire.

D’entrée de jeu, KOUAME Séraphin, au nom du représentant-résident de la FES-Côte d’Ivoire, de Thilo Schöne,  a indiqué que le travail domestique est un travail comme tout autre et que ce sont des hommes qui le font, « puisque ce sont des hommes comme nous, nous aussi en tant qu’hommes, nous devrons adopter des attitudes qui valorisent les êtres humains. », a martelé le représentant de la FES.

Le Directeur de Cabinet Adjoint du Ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, a qualifié le travail domestique de ‘‘travail indécent’’, car pour qu’il soit décent relativement à la convention 189 de l’OIT, il faudrait que les employeurs déclarent leurs travailleurs à la CNPS, qu’ils aient un contrat signé en bonne et due forme et jouir d’un repos respectant les normes. De même il a évoqué les actions et efforts consentis par son ministère en faveur du bien-être des travailleuses domestiques en particulier et de la jeune femme en général.

Prenant la parole, Dje Toa Bi Ulrich, Administrateur principal du travail et des lois sociales a souligné que la mauvaise opinion des travailleuses domestiques, conduit celle-ci a percevoir ce emploi comme passager, sans avenir. Alors que le code de travail prévoit les conditions minimales d’exercices de l’activité permettant ainsi à ces domestiques en cas de litiges de bénéficier pleinement de leurs droits.

Tout en déplorant, les agressions dont elles sont victimes, KOUASSI Valérie, Présidente du Syndicat des Travailleurs et Travailleuses Domestiques de Côte d’Ivoire, a lancé un appel  « Nous attendons du Gouvernement qu’il nous aide et qu’il fasse que ce travail soit reconnu, et valorisé. Qu’il fasse en sorte que nous soyons fiers et heureuse de pratiquer c emploi », a souhaité la représentante des Travailleuses Domestiques.

CT

La cérémonie officielle  de lancement  des campagnes  sur  la sécurité routière  en Afrique a eu lieu à l’hôtel Ivoire d’Abidjan – Cocody, le  vendredi 25 octobre 2019 et à cette occasion l’ex-footballeur International Didier Drogba  a été désigné comme Ambassadeur.

 L’Icône du football  international, l’ivoirien  Didier Drogba a été choisi  comme  ambassadeur  pour  la campagne  africaine sur l’insécurité routière. Il s’agit  des  campagnes  Safe  Step Sécurité routière  en Afrique  et  3500 lives sur  le continent. Ces deux campagnes  ont été conjointement  lancées  vendredi  à Abidjan  par la Fédération internationale de l’automobile (FIA), la Fondation Prudence, et la Fondation Didier Drogba  .

 A travers cette campagne  Didier Drogba va apporter son soutien à la lutte contre l’insécurité routière  et également contribuer à sensibiliser un grand nombre de personnes sur ce  fléau qui décime de nombreuses  personnes.

 «  La question de la sécurité routière  est une priorité gouvernementale. Je m’engage à lutter contre  ce  fléau et j’engage tous les jeunes à appliquer les règles de  la sécurité routière. », a déclaré Didier  Drogba qui s’est réjoui du choix  de son pays pour le premier  lancement de cette  campagne africaine sur la  sécurité routière.

 Le ministre des  Transports, Amadou Koné  dans son allocution a rappelé les conséquences  de l’insécurité routière sur l’économie du pays.  Ce fléau  occasionne  en Côte d’Ivoire  la mort  d’1 million de personnes par  année (chiffre officiel ivoirien)  et plus de 5 mille morts par année selon l’organisation mondiale de la santé.

 Albert Zatté

La cérémonie officielle  de lancement  des campagnes  sur  la sécurité routière  en Afrique a eu lieu à l’hôtel Ivoire d’Abidjan – Cocody, le  vendredi 25 octobre 2019 et à cette occasion l’ex-footballeur International Didier Drogba  a été désigné comme Ambassadeur.

 L’Icône du football  international, l’ivoirien  Didier Drogba a été choisi  comme  ambassadeur  pour  la campagne  africaine sur l’insécurité routière. Il s’agit  des  campagnes  Safe  Step Sécurité routière  en Afrique  et  3500 lives sur  le continent. Ces deux campagnes  ont été conjointement  lancées  vendredi  à Abidjan  par la Fédération internationale de l’automobile (FIA), la Fondation Prudence, et la Fondation Didier Drogba  .

 A travers cette campagne  Didier Drogba va apporter son soutien à la lutte contre l’insécurité routière  et également contribuer à sensibiliser un grand nombre de personnes sur ce  fléau qui décime de nombreuses  personnes.

 «  La question de la sécurité routière  est une priorité gouvernementale. Je m’engage à lutter contre  ce  fléau et j’engage tous les jeunes à appliquer les règles de  la sécurité routière. », a déclaré Didier  Drogba qui s’est réjoui du choix  de son pays pour le premier  lancement de cette  campagne africaine sur la  sécurité routière.

 Le ministre des  Transports, Amadou Koné  dans son allocution a rappelé les conséquences  de l’insécurité routière sur l’économie du pays.  Ce fléau  occasionne  en Côte d’Ivoire  la mort  d’1 million de personnes par  année (chiffre officiel ivoirien)  et plus de 5 mille morts par année selon l’organisation mondiale de la santé.

 Albert Zatté

Le Secrétaire exécutif en chef du PDCI –RDA, Maurice Kacou Guikahé a animé une conférence  de presse le jeudi  10 octobre 2019 au siège dudit  parti sis à  Abidjan- Cocody .

 Le PDCI-RDA organise à Yamoussoukro le 18 octobre prochain  une  journée commémorative de la naissance d’Houphouët  Boigny et du RDA qui sera marquée par  des prières  en  l’honneur du défunt, le dépôt de gerbes de fleurs sur sa tombe et un pèlerinage des militants  au  caveau familial du père fondateur du PDCI-RDA.

  Le 19 octobre suivant  un vibrant  hommage  sera rendu à Henri Konan  Bédié  pour toutes ses actions en faveur  du parti et des militants du PDCI, ainsi que la tenue d’un meeting géant à la place Jean Paul 2 de la capitale économique ivoirienne.

 C’est  cette nouvelle  que le Secrétaire Exécutif en Chef du PDCI-RDA a  porté  à la connaissance des  journalistes à cette occasion. Ce meeting dira-t-il  aura pour thème principal « hommage et gloire à Houphouët Boigny. Le PDCI-RDA, 25 ans après avec Henri Konan Bédié ».

 Maurice Guikahué qui est par ailleurs,  le coordonnateur du meeting  indiquera qu’au-delà de l’hommage qu’ils veulent rendre à leur leader, Henri Konan Bédié, ce meeting vise également à démontrer la vitalité du parti et la détermination des militants  en dépit de toutes les pressions qu’ils subissent.   

 « C’est un meeting de vérité qui nous permettra de rabattre le caquet  à tous les propagandistes et affabulateurs  pour nous concentrer sur la préparation de la convention  en vue de  la désignation de notre candidat aux élections présidentielles de 2020 », a expliqué  Maurice Kacou Guikahué.

 «Nous présenterons au monde entier le PDCI-RDA rajeunit, redynamisé,  revigoré  et prêt pour la reconquête  du pouvoir d’Etat. », a-t-il indiqué. Invitant les militants  à une mobilisation massive pour cette manifestation. 

 Zatté Albert

 

Une vingtaine de journalistes ivoiriens ont pris part à un atelier  sur le genre,  l’égalité et la sécurité des journalistes  ce vendredi 11 octobre  2019  à la maison de la presse au Plateau.

 Cet atelier  qui est le 5ème du genre a porté sur  la  question de sécurité  et d’égalité pour les femmes  journalistes et photojournalistes.

Il a été  organisé par l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI) en collaboration avec la Fédération internationale des journalistes  (FIJ) et l’Union des journalistes Norvégiens.

 La formation a été dispensée  par les formatrices  de l’UNJCI,  Rosemonde Kouadio et Assa Diarra. A  travers une méthode participative,  les formatrices ont  instruit   les journalistes sur  les notions d’égalité, d’équité, l’attitude à avoir  lorsqu’ils  sont  victimes  de harcèlement  sexuelle sur leur  lieu de travail ; comment les journalistes doivent  se comporter  sur les lieux des  reportages  qui peuvent s’avérer dangereux.

 «  Nous voulons outiller  les journalistes  sur la question du genre afin qu’à  leur tour, ils puissent  sensibiliser leurs confrères  dans les  différentes rédactions.  Nous voulons faire un plaidoyer auprès  des responsables des différents organes de presse pour la mise en place d’une politique du genre au sein des rédactions. », a souligné Rosemonde Kouadio. 

 Le président de l’Union Nationale des journalistes de Côte d’Ivoire,  Jean Claude Coulibaly a demandé  aux séminaristes  de faire la promotion de la question du genre partout où ils seront.

 «  C’est une formation essentielle, et non résiduelle.  On vous donne les rudiments  pour que vous soyez  des chantres du genre.  Ce monde ne peut évoluer  sans la promotion du genre, je vous encourage à faire la promotion du genre, j’espère  que vous serez des formateurs après  votre formation. », a déclaré  Jean Claude Coulibaly à l’ouverture de la cérémonie. 

«  L’Histoire de l’humanité ne peut s’écrire sans la question féminine .Aujourd’hui on parle de plus en plus de parité… », a-t-il poursuivi.

A la fin de la formation qui a duré deux jours,  chaque  participant a reçu un  parchemin  des mains du Vice-président de l’UNJCI, Okoué  Laurent.

 Zatté Albert

 

Le  président du Parti des Démocrates Républicains (PDR),  Soko Gbaléhi a annoncé  sa  candidature  aux élections présidentielles de 2020.

 Le Président du PDR, Soko Gbaléhi a annoncé sa candidature aux élections présidentielles de 2020 et invité le peuple à le soutenir dans son projet.  Il a fait cette annonce lors d’un point de presse. Dans une déclaration lue  devant les journalistes, Soko Gbaléhi  a affirmé que  «  Le PDR ambitionne à juste titre d’aller aux élections présidentielles pour faire de la nation ivoirienne , une nation prospère , de paix et de démocratie participative endogène de progrès » .

 Il a ensuite  invité  tous les citoyens ivoiriens à soutenir non seulement sa candidature  à l’élection présidentielle de 2020, mais d’aider son parti  à réunir la caution présidentielle de 20 millions FCFA. 

 Selon  lui,  si les ivoiriens posent cet acte à l’endroit de  son parti cela permettra  «  de tisser une amitié et  une fraternité ardemment souhaitées  », a-t-il fait savoir.

 «  Cette ambition exceptionnelle de défi pour un  jeune parti politique non subventionné, ni aidé, appelle une mesure exceptionnelle  de défi. », a -t-il poursuivi dans ses explications.

 En définitive, Soko Gbaléhi a dévoilé  son projet de société  qui prendra en compte  selon lui  toutes les préoccupations des populations. Et mettra  l’accent  sur  le  bien-être social, le retour de tous exilés et leur réinsertion sociale.

 Zatté Albert   

 

Des responsables de plusieurs mouvements de soutien à Soro Guillaume, ont animé un meeting le samedi 28 septembre  2019 à Yopougon.

 Les mouvements de soutien à l’ancien président de l’Assemblée nationale poursuivent leur croisade pour la paix et la réconciliation nationale dans le District d’Abidjan. Après Port – Bouët et  Cocody,  c’était au tour de la commune  de Yopougon  d’accueillir ces messagers de la paix et de la réconciliation nationale  qui ont animé un meeting à la place CP1.

 Devant des centaines de militants et sympathisants, les leaders de ces mouvements  pro- Soro Guillaume, ont demandé pardon  aux populations notamment  à toutes les victimes de la crise postélectorale  au nom de leur leader Soro Guillaume. Non sans les inviter à accepter son pardon, afin que tous les ivoiriens se  réconcilient. 

 « Soro Guillaume a demandé pardon aux ivoiriens, en tant que ex- forces nouvelles, nous demandons pardon  à toutes les victimes de guerre puisque celui qui devrait le faire refuse. »,  a déclaré Sekongo Félicien, président du MVCI.

 Les intervenants à ce meeting ont  invité les populations  à soutenir leur leader qui sera  candidat  aux élections présidentielles de 2020.

Toutefois, ils demandent au chef de l’Etat, Alassane Ouattara, de mettre en place une Commission électorale indépendante (CEI) consensuelle  pour des élections justes et transparentes pour éviter des troubles dans le pays.

 « Si le chef de l’Etat ne réforme pas la CEI,  il expose le pays à des troubles », a dénoncé  M. Sekongo alors que  les 15 membres de la CEI  nommés  mercredi  en Conseil des ministres par le Chef de l’Etat,  ont  prêté  serment vendredi  devant la Cour du Conseil Constitutionnell.

Koné Teyfour  du RACI  et candidat malheureux à l’élection municipale à Abobo, devant  le ministre  Hamed Bakayoko,  a réclamé la libération de  04 pro-Soro incarcérés. 

Un 4è meeting des pro- Soro  est annoncé  dans la commune  de Koumassi au sud d’Abidjan,  le 12 octobre prochain.

 Zatté Albert 

 

Coulibaly  Kuibert, le représentant du Conseil Supérieur de la Magistrature au sein de la commission  électorale indépendante (CEI) , et  qui occupait jusque-là le poste de  secrétaire  général du Conseil Constitutionnel  est depuis ce lundi 30 septembre 2019 le nouveau président de la Commission centrale de la CEI.

 Il a été choisi  par les  15 membres de cette structure en charge de l’organisation des élections en Côte d’Ivoire. Il remplace ainsi Youssouf Bakayoko, qui dirigeait la CEI depuis 2010 et qui était fortement contesté par l’opposition.

 Mais  il convient de signaler que  le  départ  de Youssouf Bakayoko n’a pas  mis  fin à la  vague  de contestations des opposants qui continuent de réclamer une CEI consensuelle qui respecte selon eux  l’arrêt de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples.

 Ce lundi 30 septembre  2019, les partis politiques  membres de la plate-forme politique du PDCI-RDA (CDRP) ont pondu une déclaration dans laquelle ils dénoncent  ‘’ une CEI illégale et illégitime ‘’.

 Rappelons que les 15 membres de la CEI ont été nommés en Conseil des ministres par le Chef de l’Etat, le mercredi 25 septembre dernier depuis Dimbokro. Ils ont prêté serment devant  la Cour du Conseil Constitutionnel le vendredi 27 septembre 2019. 

 Zatté Albert

Au terme du  premier  congrès extraordinaire de la jeunesse du Front populaire ivoirien (JFPI)  le dimanche  22 septembre 2019  au palais de la culture de  Treichville, c’est Lia Gnan Ferdinand  qui a été élu nouveau secrétaire  national de la JFPI.

  Lia  Gnan Ferdinand  est depuis le  dimanche 22 septembre 2019, le nouveau secrétaire  national de la JFPI. Il succède  à Konaté  Navigué qui  a passé 18 ans à  la tête de cette organisation.

 Le dimanche au terme du scrutin qui s’est achevé  la nuit,  Lia Gnan Ferdinand  a largement écrasé  ses deux adversaires, obtenant  1390 voix soit 79,83 %  , pour un  suffrage exprimé  de 1741 voix.

Contre  242 voix (13,90 %) pour Djanwé Honorat  et 76 voix (4, 36 %) pour Guillaume Vavi.

 N’Guessan Monique, candidate unique est élue  commissaire au compte avec  1260 voix (72,54 %).  «  Ce n’est pas  Lia  Gnan qui a gagné, mais c’est le FPI qui gagne. »,  a déclaré le nouveau SN de la JFPI.  Invitant ses  camarades militants à se mettre en ordre de bataille  pour relever  les défis  futurs». «  Prenons notre bâton  de pèlerin  et en avant pour 2020. » a-t-il conseillé.

 Il a promis  mettre en place son bureau les jours à venir  «  qui sera une équipe de mission ».  Lia Gnan a  placé  son mandat sous le triptyque  sceau de la rigueur, de l’engagement et de la responsabilité ».

 Le président du FPI,  Pascal Affi N’Guessan, pour sa part s’est  réjoui  de la mobilisation massive des jeunes de son parti  à ce congrès et les a félicités pour leur  esprit de responsabilité  qu’ils  démontrent  à travers cette élection qui  ‘’ s’est déroulée  sans heurt’’.  «  Nous venons d’enseigner à la Côte d’Ivoire une  leçon de démocratie. », dira t-il annonçant le renouvellement dans deux mois de la direction de l’organisation des  femmes du FPI  (OFFPI).

 Zatté Albert

 

Le premier congrès extraordinaire  de la  jeunesse du Front populaire ivoirien (FPI)  s’est ouvert ce samedi 21 septembre 2019  au palais de la culture de Treichville.

Apres la cérémonie d’ouverture  de ce samedi,  demain  dimanche on connaitra le successeur de Konaté Navigué le secrétaire national (SN)    sortant de la jeunesse par une élection qui opposera  trois candidats.

 Il s’agit de Guillaume Vavi , Honorat  Djanwé et Lia Gnan Ferdinand.  Ils étaient des  milliers de militants et sympathisants du FPI à prendre d’assaut ce samedi le palais de la culture de Treichville pour ce congres extraordinaire dont le thème est ‘’ une jeunesse dynamique pour la reconquête du pouvoir d’Etat en 2020 ‘’ .

Le SN sortant   Konan Navigué   a rendu un vibrant hommage au président Laurent Gbagbo fondateur du FPI et à son président Pascal Affi N’Guessan.

 ‘’ Je veux rendre un hommage à Laurent Gbagbo, je veux rendre hommage à Affi N’Guessan , durant toutes ces  années je n’ai pas eu de problème avec lui je pense qu’il est le meilleur élève de Gbagbo ‘’ a-t-il dit .

 Annonçant ensuite ‘’ la fin des incompréhensions entre Affi N’Guessan  et  Laurent Gbagbo, convaincu que   les deux personnalités  vont se rencontrer dans la fraternité ‘’,  souligne  Navigué arrivé à la tête de la JFPI depuis 2001.  

Dans son discours d’orientation le président du FPI, Pascal Affi N’Guessan dira  que ‘’  c’est  grâce à nous que le FPI est toujours présent sur le terrain, grâce à nous le FPI est présent à la CEI et il faut faire preuve de responsabilité ‘’, a -t-il indiqué pour terminer.

Zatté Albert

 

 

Page 1 sur 75

News Letter

Abonnez-vous à notre newsletter pour obtenir l'actualité à tout moment.