vendredi 18 octobre 2019
Flash

Flash (36)

Côte d’Ivoire : Coulibaly Kuibert remplace Youssouf Bakayoko à la tête de la CEI

mardi, 01 octobre 2019 03:10 Written by

Coulibaly  Kuibert, le représentant du Conseil Supérieur de la Magistrature au sein de la commission  électorale indépendante (CEI) , et  qui occupait jusque-là le poste de  secrétaire  général du Conseil Constitutionnel  est depuis ce lundi 30 septembre 2019 le nouveau président de la Commission centrale de la CEI.

 Il a été choisi  par les  15 membres de cette structure en charge de l’organisation des élections en Côte d’Ivoire. Il remplace ainsi Youssouf Bakayoko, qui dirigeait la CEI depuis 2010 et qui était fortement contesté par l’opposition.

 Mais  il convient de signaler que  le  départ  de Youssouf Bakayoko n’a pas  mis  fin à la  vague  de contestations des opposants qui continuent de réclamer une CEI consensuelle qui respecte selon eux  l’arrêt de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples.

 Ce lundi 30 septembre  2019, les partis politiques  membres de la plate-forme politique du PDCI-RDA (CDRP) ont pondu une déclaration dans laquelle ils dénoncent  ‘’ une CEI illégale et illégitime ‘’.

 Rappelons que les 15 membres de la CEI ont été nommés en Conseil des ministres par le Chef de l’Etat, le mercredi 25 septembre dernier depuis Dimbokro. Ils ont prêté serment devant  la Cour du Conseil Constitutionnel le vendredi 27 septembre 2019. 

 Zatté Albert

Côte d’Ivoire : Lia Gnan Ferdinand élu leader de la jeunesse du FPI

mardi, 24 septembre 2019 02:27 Written by

Au terme du  premier  congrès extraordinaire de la jeunesse du Front populaire ivoirien (JFPI)  le dimanche  22 septembre 2019  au palais de la culture de  Treichville, c’est Lia Gnan Ferdinand  qui a été élu nouveau secrétaire  national de la JFPI.

  Lia  Gnan Ferdinand  est depuis le  dimanche 22 septembre 2019, le nouveau secrétaire  national de la JFPI. Il succède  à Konaté  Navigué qui  a passé 18 ans à  la tête de cette organisation.

 Le dimanche au terme du scrutin qui s’est achevé  la nuit,  Lia Gnan Ferdinand  a largement écrasé  ses deux adversaires, obtenant  1390 voix soit 79,83 %  , pour un  suffrage exprimé  de 1741 voix.

Contre  242 voix (13,90 %) pour Djanwé Honorat  et 76 voix (4, 36 %) pour Guillaume Vavi.

 N’Guessan Monique, candidate unique est élue  commissaire au compte avec  1260 voix (72,54 %).  «  Ce n’est pas  Lia  Gnan qui a gagné, mais c’est le FPI qui gagne. »,  a déclaré le nouveau SN de la JFPI.  Invitant ses  camarades militants à se mettre en ordre de bataille  pour relever  les défis  futurs». «  Prenons notre bâton  de pèlerin  et en avant pour 2020. » a-t-il conseillé.

 Il a promis  mettre en place son bureau les jours à venir  «  qui sera une équipe de mission ».  Lia Gnan a  placé  son mandat sous le triptyque  sceau de la rigueur, de l’engagement et de la responsabilité ».

 Le président du FPI,  Pascal Affi N’Guessan, pour sa part s’est  réjoui  de la mobilisation massive des jeunes de son parti  à ce congrès et les a félicités pour leur  esprit de responsabilité  qu’ils  démontrent  à travers cette élection qui  ‘’ s’est déroulée  sans heurt’’.  «  Nous venons d’enseigner à la Côte d’Ivoire une  leçon de démocratie. », dira t-il annonçant le renouvellement dans deux mois de la direction de l’organisation des  femmes du FPI  (OFFPI).

 Zatté Albert

 

Côte d’Ivoire: Un mouvement de soutien à Soro Guillaume annonce un meeting dans la commune de Taabo

jeudi, 19 septembre 2019 01:40 Written by

Le Mouvement  pour la promotion des valeurs nouvelles  en Côte d’Ivoire (MVCI) tiendra un  meeting le dimanche 22  septembre prochain  dans la commune de  Taabo dans l’Agneby  Tiassa.

 Le  MVCI,  parti proche  de l’ex-PAN, Soro  Guillaume,  tiendra  un meeting à Taabo  dans l’Agneby Tiassa, le dimanche 22 septembre prochain. Cette annonce  a été faite ce mercredi  par  Silué  Paul , et Dr. Ouattara Louis  respectivement  vice-président en charge de la communication et secrétaire général  du  MVCI  .

 L’honorable  Alain Lobognon  député de Fresco est  annoncé  à ce  meeting de  dimanche dans la commune de Taabo.

  Ce meeting apprend-on  sera l’occasion pour dénoncer certains maux dont souffre le pays. Notamment, ‘’  le recul démocratique ‘’.

 Il s’agira à cette occasion, de rappeler et interpeller  le  régime d’Abidjan sur certains  sujets d’actualité tels que  la carte nationalité d’identité, la situation sécuritaire du pays,  la réforme de la CEI, la probable modification de la nouvelle constitution, ont expliqué les conférenciers.   Ils ont invité  pour terminer tous les militants du  MVCI  à  se mobiliser massivement pour  ce meeting.

 Zatté Albert

 

Côte d’Ivoire : Meeting de la coalition PDCI-FPI, premier test réussi pour l’opposition

mercredi, 18 septembre 2019 02:22 Written by

Le meeting de la coalition de l’opposition  PDCI-FPI (Pro Gbagbo) tenu le  samedi 14 septembre dernier au parc des sports  de Treichville  a connu un succès sans pareil au niveau mobilisation.

 Le samedi dernier c’est à une vraie démonstration de force de  mobilisation que nous avons assisté  au  meeting de la coalition  PDCI - FPI et de plusieurs  de ses partis alliés.

 Le Parc des sports de Treichville s’est trouvé  très exigüe pour contenir les centaines de milliers de militants venus de tout le pays pour prendre part à ce premier meeting conjoint.

C’est une immense marée humaine qui a déferlé  dans ce stade,  bravant la chaleur. La pelouse du stade  où a été installée des milliers de chaises étaient pleine,  toutes les tribunes également.

  Ils étaient nombreux les militants qui n’ont pu avoir accès  à l’enceinte du stade.

Pour la circonstance, les militants  étaient  tenus  de rester hors du stade  où des écrans géants ont été installés pour leur permettre de suivre la cérémonie.

Ce samedi l’opposition a fait mentir les mauvaises langues qui entretenaient des spéculations  négatives  sur la mobilisation des militants.

  Vu la forte mobilisation des militants, Maurice Kacou Guikahué dit  lorgner désormais  le stade Félix Houphouët Boigny  qui est plus spacieux, pour les prochains rassemblements.

 Annonçant l’opération inondation Plateau, Il a félicité les militants pour leur forte mobilisation à ce meeting. Dans son allocution le secrétaire exécutif en Chef du PDCI-RDA  a remis sur la table  les revendications chères à l’opposition ivoirienne.  Notamment la réforme de la commission électorale indépendante, la libération  complète des prisonniers  de la crise post-électorale, le retour en Côte d’Ivoire de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé.  Tour à tour, Assoa  Adou, secrétaire général du FPI pro Gbagbo, Georges Ouegnin, le leader de EDS, Alain Lobognon (mouvement pro Soro Guillaume) ont interpellé le pouvoir d’Abidjan sur les graves dérives dans la gestion du pouvoir d’Etat, invitant le Chef de l’Etat à avoir une oreille attentive aux préoccupations de l’opposition ivoirienne et des populations  afin d’éviter de faire sombrer le pays dans un autre cahot.   

 Zatté Albert

Côte d’Ivoire : La Jeune Chambre Internationale Abidjan Elite annonce des actions sociales en faveur des enfants

mercredi, 18 septembre 2019 01:35 Written by

Le samedi 14 septembre 2019  a eu lieu à Cocody , la 9è convention locale de la Jeune Chambre Internationale(JCI) Abidjan  Elite .

 Lors de sa  9ème convention locale, la JCI Abidjan  Elite a  renouvelé ses dirigeants.

Kaby Recbecca Rita Sandrine a  été  élue  présidente  2020  de cette organisation pour un mandat d’une durée d’un an. Elle a obtenu plus de 85 %  des voix.

 La nouvelle présidente a  promis axer  son  programme  sur des activités communautaires  en faveur des enfants et la formation de ses  membres.

 «  Notre premier chantier  sera axé sur la sensibilisation sur le dépistage du diabète, suivi du déparasitage des enfants. Nous allons faire beaucoup d’activités communautaires  surtout en faveur des enfants  car ce sont eux notre priorité pour ce mandat 2020.», a précisé  la présidente  Kaby Rebecca.

 Elle entend également  apporter sa contribution pour des élections apaisées en Côte d’Ivoire en 2020. 

 La convention a pris  fin par un diner gala des membres de la JCI Abidjan  Elite. 

 Zatté Albert 

Inhumation de Boni Pascal / Maurice Kouakou à sa famille : « Vous devez être fier de votre père »

dimanche, 15 septembre 2019 13:40 Written by

Boni Tchirioua Pascal alias Le Cantador de la Capitale repose à jamais dans son village natal d’Abongoua. L’inhumation a eu lieu le samedi 7 septembre 2019 en présence de l’Inspecteur Général de l’Etat, Ahoua N’Doli Théophile, représentant le ministre de la Culture, Maurice Kouakou Bandama.

C’est fait et bien fait pourrait-on dire ! Boni Pascal le Cantador de la Capitale, doyen de la musique Agni a eu des obsèques dignes de son rang. Le doyen décédé dans sa 80ème année a été porté en terre dans son village natal d’Abongoua dans le département de Bongouanou. Autorités politiques, régionales et préfectorales, cadres, fils et filles de la région y étaient pour accompagner dignement l’homme dans sa dernière demeure. Auparavant, le ministre de la Culture et de la Francophonie, Maurice Kouakou Bandama a tenu à participer personnellement à la levée de corps à Ivosep de Bongouanou. Le ministre a invité les enfants, parents et amis de Boni Pascal à être fier de l’artiste, non sans signifier toute la fierté de l’Etat d’avoir eu Boni Pascal, ‘’Un Arafat Dj’’ de son époque.

« J’ai tenu à venir pour dire la compassion du gouvernement, du Président de la République, de la famille de la Culture, qui reconnait en toi ‘’Jhony’’ grand serviteur de la Côte d’Ivoire. C’est en reconnaissance de ses services que sur ma proposition, le chef de l’Etat l’a admis à la pension présidentielle de reconnaissance de l’Etat à tous les artistes qui ont beaucoup apporté à la Côte d’Ivoire. Je veux vous dire notre fierté d’avoir eu un grand artiste qui a baissé notre enfance, qui nous a enseigné, qui nous a conseillé, qui a renforcé la fraternité à travers sa musique « , a délaré le ministre de la culture avant de déclarer : «  Il nous laisse donc un grand héritage, l’héritage de la musique Agni, de la musique du Moronou, et notre rôle c’est de faire en sorte que cette musique puisse se perpétuer à travers les jeunes générations. Chers parents, chers enfants de Tchirioua Bony vous devez être fiers de votre père, vous devez être fier de ce qu’il a apporté à la Côte d’Ivoire et la Côte d’Ivoire lui est reconnaissante. Merci Tchirioua pour ce que tu as apporté à la Côte d’Ivoire. Nous sommes fiers de toi ».

Pour Eric Ané, Commissaire général du Festival des Arts et de la Culture, le souvenir le plus marquant qu’il garde de Bony Pascal est celui de sa générosité et de sa promptitude à porter assistance. « C’était un devoir filial pour nous de l’accompagner dignement et nous sommes fiers de l’avoir fait. Nous disons merci à toutes les personnes qui y ont contribué en particulier à l’Inspecteur général de l’Etat, Ahoua N’Doli Théophile qui a pris en charge tous les frais liés aux obsèques », a-t-il dit.

Notons qu’une soirée artistique d’hommage et de témoignage dénommée « Les Larmes pour Bony » a été organisée le mardi 3 septembre à l’Insaac en mémoire de Bony Pascal qui a déposé le micro le 8 juin 2019 dans sa 80ème année.

Rapahel OKaingni

  

Hommage à Boni Pascal, Ahoua N’Doli Théophile : « C’était notre Arafat à nous »

mercredi, 04 septembre 2019 23:34 Written by

Boni Tchirioua Pascal alias ‘’Le Cantador de la capitale’’ a déposé le micro à jamais. En prélude aux obsèques les 6 et 7 septembre 2019, le commissariat général du Festival des Arts et de la Culture Agni (FESTAGNI) a organisé une veillée d’hommage en mémoire de l’illustre disparu. C’était le mardi 3 septembre à la salle Bitty Moro de l’Insaac.

 Dénommée ‘’Les Larmes pour Boni’’, cette veillée artistique a vu la présence de l’Inspecteur général d’Etat, Ahoua N’Doli Théophile, par ailleurs président de cette soirée d’hommage à Boni. Pour lui, Boni Pascal était le ‘’Arafat Dj’’ de son époque, pour faire allusion au talent et à l’influence de l’artiste Coupé-Décalé sur sa génération.

« Que ceux qui ont connu Tchirioua et même ceux qui ne l’ont pas connu, sachent que c’est un artiste qui va marquer le peuple Agni. Il a été le porte-parole de la musique Agni en musique, à côté de certaines gloires comme N’Douba Denis, Eba Aka Jerôme, Appiah Moro qui ont aussi marqué leur temps. C’était notre Arafat à nous. Il n’a pas traversé son temps, il a marqué son temps », a soutenu Ahoua N’Doli Théophile. Avant de poursuivre en appelant chacun à lui rendre un « plus bel hommage, c’est de continuer à faire entendre ses mélodies, de continuer à jouer ses œuvres. Il s’en va en nous laissant de belles œuvres. Les œuvres qu’elles soient littéraires ou musicales vivent après leurs auteurs ».

Pour sa part, le commissaire général du Festagni, Eric Ané a rappelé quelques moments forts passés en compagnie de l’artiste dans le cadre dudit festival. Sur sa lancée, il a exprimé ses remerciements à l’Inspecteur général Ahoua N’Doli et au ministre Abinan Pascal pour leur implication à la réussite des obsèques du doyen.

Plusieurs articulations ont meublé cette soirée d’hommage, notamment des témoignages, des prestations artistiques (Kiniankpli, Ahoussi de Kangandi, Froto Mougou), la présentation de l’artiste (par N’Doumi Djabo Steck) et une projection de film sur le parcours de Boni.

Notons que la vedette de la musique Agni, Boni Pascal a déposé le micro le 08 juin 2019 dans sa 80ème année (1939-2019). Les obsèques sont prévues pour les 6 et 7 septembre avec la levée de corps à IVOSEP-Bongouanou le vendredi 06 septembre, suivie du transfert à Abongoua et de l’inhumation le samedi 07 septembre.

Raphael Okaingni

Présidence de la FIF : Didier Drogba pas encore décidé

dimanche, 11 août 2019 23:54 Written by

Présidence de la FIF : Didier Drogba pas encore décidé

Candidat ou pas à la présidence de la Fédération Ivoirienne de Football, l’ex-capitaine des Eléphants Didier Drogba, dont l’annonce de la candidature a laissé couler beaucoup d’encre est sorti de son silence. L’attaquant ivoirien est resté plus ou moins discret sur les antennes de Radio Foot International sur cette aventure le vendredi 9 aout 2019, sans toutefois démentir son intérêt pour la maison de verre et pour le football ivoirien.

Didier Drogba, des rumeurs indiquent que vous serez candidat à la présidence de la Fédération Ivoirienne de Football. Serez-vous candidat ?

J'ai lu des articles et tout le remue-ménage qu'il y a autour du football ivoirien et de cette éventuelle candidature. C'est vrai que c'est quelque chose qui peut m'intéresser. Parce que je connais bien le football ivoirien, pour avoir été en équipe nationale pendant plusieurs années, j'ai côtoyé beaucoup de nos dirigeants et ces dernières années, je me suis aussi investi dans le football ivoirien, donc oui, c'est quelque chose qui pourrait vraiment m'intéresser parce que j'ai envie d'apporter quelque chose au football ivoirien et africain. Je n'ai pas encore pris ma décision, mais c'est quelque chose à laquelle je réfléchis, si toutes les conditions sont réunies, oui pourquoi pas ?

On sait que le football ivoirien est actuellement dans une mauvaise passe, avec un manque d'infrastructures, on a l'impression que le football ivoirien ne produit plus de jeunes joueurs ne serait-ce que pour son équipe nationale, il n'y a pas non plus de championnat de jeunes ni de championnats de filles auxquels la FIFA oblige les Fédérations, ce sont des raisons pour lesquelles vous seriez candidat ?

Ce seraient vraiment des raisons pour lesquelles je souhaiterais m'impliquer un peu plus ou de manière très forte dans la gestion du football ivoirien. On a vécu de belles années avec la génération précédente, avec Drogba, Touré, Zokora et autres. Là, nous sommes dans une période où on a de nombreux joueurs, mais pour franchir un cap et faire partie de ces grandes équipes-là, il faut travailler sur un projet de renaissance dans tous les secteurs que vous avez cité. Il faut faire une meilleure planification, il faut avoir une vision qui va permettre à travers la formation des jeunes d'avoir des joueurs de qualité. Et pour pouvoir opérer cette formation, il faut des infrastructures de qualité, pour la CAN à venir, surtout pour avoir des jeunes compétitifs. Il faut également aider les efforts qui sont faits par tous les centres de formation en Côte d'Ivoire, pour leur permettre de se développer, par exemples et pour ne citer que les centres Ali Baye à Jacqueville, des centres à Bouaké, à Yamoussoukro ou encore l'Asec Mimosas. Il faut aider ces clubs, ces centres de formation à se structurer comme peuvent l'être des organisations européennes, sud-américaines.

Est-ce que c'est votre expérience, le fait d'avoir joué dans des clubs européens qui pourrait vous aidez à travailler si vous êtes président de fédération ?

J'ai joué en Europe, c'est vrai, mais j'ai aussi joué en Asie et aux Etats Unis. Et, c'est vrai que j'ai pu voir les différents fonctionnements positifs ou moins. Je m'appuierais sur mon expérience mais également sur celle de personnes qui sont déjà dans le football ivoirien. Parce que ce n'est pas quelque chose qui peut se faire tout seul. Je pense qu'on en parlait déjà il y a un an ou deux, où j'évoquais le fait de rassembler tout le monde autour du football ivoirien et enclencher sa renaissance. Je pense que c'est le mot clé.

Vous aviez évoqué votre envie d'organiser des états généraux du football ivoirien. Serait-ce l'une de vos propositions si vous veniez à être candidat ?

Oui, parce qu'il faut savoir où on en est, pour prévoir et planifier l'avenir du football ivoirien. Parce que la Côte d'Ivoire, c'est un pays qui doit être maintenant à toutes les Coupes du monde pour espérer passer les quarts de finale, atteindre la finale et espérer remporter une Coupe du Monde. C'est quelque chose qui se prépare. A partir de ces états généraux je pense que beaucoup de leçons et d'idées peuvent émerger. Et cela ne pourra que faire avancer le football ivoirien.

Avez-vous été déçu du fait que les Eléphants ne participent pas à la dernière Coupe du Monde et de l'élimination à la CAN 2019, à l'étape des quarts de finale ?

Les échecs, ça arrive. Moi, pour ma première en équipe nationale, je me rappelle qu'on ne s'était pas qualifié pour la CAN en Tunisie (2004). Maintenant nous avons eu un groupe qui a eu plus de réussites que d'échecs, parce qu'il y avait une vision commune et qu'on tirait tous dans le même sens. Il y avait une unité, tout le monde était derrière son équipe nationale. Là je suis déçu, en tant que supporter, que la Côte d'Ivoire soit sortie en quart de finale de la CAN. Pour la Coupe du Monde, nous joueurs, avions laissé un certain héritage. Celui d'avoir permis à la Côte d'Ivoire de participer à trois Coupes du Monde d'affilées. Et on a été un peu déçu que la génération d'après ne puisse pas continuer. Mais c'est un mal pour un bien. Parce que cela a permis d'appuyer sur tous les points sensibles qui font qu'on n'est plus au niveau où on souhaiterait être.

On assiste à une réelle scission au niveau du football ivoirien entre la direction de la FIF et le GX, êtes-vous en contact avec l'un ou l'autre des groupes ? Est-ce que la santé du football ivoirien reflète cette scission ?

Je pense que ce qui se passe au niveau des résultats n'est pas anodin. Ce que vit le football ivoirien est une situation assez complexe. Si je décide de me lancer, je ne viendrai pas pour prendre parti pour l'un ou pour l'autre, plutôt pour rassembler.

L.Y avec Radio Foot International

News Letter

Abonnez-vous à notre newsletter pour obtenir l'actualité à tout moment.